mardi 25 juillet 2017

Crimes au musée


Titre : Crimes au musée
Auteur : Collectif
Genre littéraire : Policier/Nouvelles
Année de parution : 2017
Éditeur : Belfond
ISBN : 978-2714476258
Nombre de pages : 416 pages

Dix-huit nouvelles de grandes dames du noir, européennes et québécoises.
Elles écrivent des polars. De ceux que l'on dévore. Et à la demande d'un lecteur passionné, elles se sont réunies autour d'un thème séduisant : le musée comme lieu de tous les crimes.
Musée d’art moderne, d’histoire, d’anthropologie, de sciences, du tatouage, de cire, toutes les salles sont ouvertes. En y pénétrant, l’atmosphère feutrée génère une impression de calme, presque de recueillement. Le sentiment de paix semble total et pourtant, nous sommes déjà sur une scène de crime, les œuvres en présence ont été témoins de la violence, de l’horrible et du machiavélique. Crime d'honneur, meurtre passionnel, vengeance, copie meurtrière d'un tableau ou petit meurtre sans conséquence... Qu'on soit simple visiteur, touriste ou gangster aux mains rougies par le sang, tous les coups sont permis.

Qui a dit que les visites au musée étaient longues et ennuyeuses? Sûrement pas l'une des dix-huit auteures que vous retrouverez dans ce recueil de nouvelles!

Après Crimes à la librairie et Crimes à la bibliothèque, voilà une troisième anthologie, qui cette fois-ci, regroupe dix-huit auteures venant du Québec et de l'Europe francophone. Richard Migneault a eu la brillante idée de regrouper que de grands talents féminins autour d'un thème récurrent et je dois dire que cela fonctionne à merveille!

Certaines nouvelles m'ont réellement surprise tant par leur créativité entourant leurs personnages que par leurs intrigues, d'autres m'ont donné des frissons tandis que certaines sont un peu trop glauques à mon goût. Le point commun de toutes ces nouvelles est sans contredit, le talent de ces auteures.

Je retiendrai une nouvelle en particulier, celle rédigée par Karine Giebel : Virginie travaille en tant qu'assistante du directeur au musée d'Art moderne. Mais ce directeur devient son bourreau et son fils, témoin indirect et silencieux, voudrait bien intervenir. Une fin surprenante qui laisse non seulement notre protagoniste bouche bée, mais le lecteur aussi!

Il y a également Dominique Sylvain avec sa nouvelle Le chef d'œuvre : Un gangster tatoué sur tout le corps se fait approcher pour que sa peau soit exposée au Musée après sa mort. Iriez-vous voir ce type de peau dans un musée? Et si c'était vous qu'on approchait, seriez-vous d'accord avec le fait que votre peau soit exposée ainsi aux yeux de tous?

Je connaissais plusieurs de ces auteures par leur notoriété en raison des chroniques que j'ai pu lire sur leurs œuvres, mais avec la lecture de ce recueil, je dois avouer que maintenant, j'ai le goût d'en découvrir certaines d'entre elles. Et j'adore le fait qu'après chaque nouvelle, Richard Migneault prend le temps de nous parler des habitudes d'écriture de ces auteures, mais aussi de leurs œuvres. Au final, grâce à ce recueil, ma wishlist vient de s'allonger...

Ma note : 3.5/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Belfond pour m'avoir permis de découvrir de nouvelles auteures de talent grâce à ce recueil!


3 commentaires:

  1. Réponses
    1. C'est vraiment un recueil qui m'a permis de faire de belles découvertes mais j'avoue qu'il y a une ou deux nouvelles un peu trop noires à mon goût...sur 18, le compte est assez positif! J'espère que tu aimeras ! As-tu lu les deux autres anthologies ?

      Effacer