Agatha Raisin, tome 7 : À la claire fontaine



Titre : À la claire fontaine
Auteur : M.C. Beaton
Série : Agatha Raisin enquête, tome 7
Genre littéraire : Policier
Année de parution : 2017
Éditeur : Albin Michel
ISBN : 978-2226329981
Nombre de pages : 288 pages

Ancombe, village voisin de Carsely, est réputé pour son charme et sa sérénité. Mais l'arrivée d'une société d'eau minérale qui souhaite exploiter sa source d'eau douce va diviser la population et échauffer les esprits.
Quand Agatha, qui travaille justement pour les relations publiques de cette société, trouve le président du conseil du village assassiné, les langues commencent à se délier. Et si l'un des membres du conseil l'avait tué avant qu'il ne donne son accord pour l'exploitation de la source?
C'est une Agatha Raisin au bord de la noyade sentimentale qui se lance dans cette nouvelle enquête.



À la claire fontaine... M'en allant promener... J'ai trouvé l'eau si belle... Que je m'y suis baigné...

Agatha s'en allait chercher de l'eau à la fontaine lorsqu'elle y trouva un cadavre. Ce n'est nul autre que le président du conseil municipal qui y est. Qui a bien pu l'avoir assassiné et pourquoi l'avoir laissé à cet endroit?

L'eau de cette fontaine faisait beaucoup jasé depuis quelque temps, surtout depuis qu'une citoyenne, Robina, a décidé de permettre à la compagnie des eaux d'Ancombe de prendre l'eau directement à sa source. Puisque l'eau était déviée à partir de chez elle, qui pouvait bien contrevenir à cette entente? Le conseil de ville devait justement se pencher sur la question et il ne restait que le vote du président pour trancher. Mais voilà, il est assassiné.

Agatha décide donc de travailler en free-lance pour la compagnie des eaux et ainsi, enquêter sur le meurtre. Cela n'est pas évident, car elle est seule. James et elle ne font plus équipe ensemble.

Mais qui sont vraiment les frères Freemont? Où ont-ils fait leur argent pour se permettre un tel contrat avec leur compagnie des eaux? Alors qu'Agatha soupçonne l'un des membres du conseil d'avoir tué le président, James croit plutôt que c'est l'un des frères. Est-ce qu'Agatha n'y voit plus clair en raison de sa liaison avec Guy Freemont ou James est-il trop jaloux?

En décembre dernier, je lisais ce tome-ci avant même d'avoir débuté la saga et je dois dire que j'avais quelque peu l'impression de passer à côté de certains éléments importants concernant la relation qu'il y a entre notre chère Agatha et son voisin James. Et je crois qu'effectivement, il est plus facile d'apprécier cette saga en lisant dans l'ordre. Du coup, j'ai suivi la logique et j'ai débuté le premier tome et ainsi de suite. Alors voilà, ce septième tome fut tout simplement une relecture. C'est ce tome-ci qui m'a fait tomber en amour avec cette protagoniste si singulière et qui me fait bien rire à chaque fois!

Après avoir lu Vacances tous risques où Agatha était allée rejoindre James à Chypre, je dois dire que je suis bien heureuse de retrouver les habitants du village de Cotwolds. L'intrigue qui entoure le meurtre est très bien ficelée et comme d'habitude, nous avons l'impression de lire un classique d'Agatha Christie. Je me souviens que lors de ma première lecture, j'avais eu de la difficulté à trouver l'assassin. Mes soupçons allaient dans tous les sens. Les indices étant disposés graduellement, la tension monte à chaque chapitre. 

Le personnage d'Agatha est toujours aussi rafraîchissant. Elle est fougueuse et a un fort caractère. J'ai eu l'impression de la trouver plus forte et moins vulnérable que lors du tome précédent. Ce qui me fait bien souvent rire, c'est qu'elle ose dire tout haut ce qu'elle pense. Quel tempérament quand même! Si vous cherchez un bon roman policier avec un brin d'humour, n'hésitez pas à lire cette saga.

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Albin Michel pour m'avoir fait découvrir cette saga!


Vous pouvez lire la chronique du précédent en cliquant sur le lien suivant : Vacances tous risques


Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Maman a tort

Les femmes oubliées

Le livre sans nom