Le poids des secrets, tome 1 : Tsubaki

Titre : Tsubaki
Auteur : Aki Shimazaki
Série : Le poids des secrets, tome 1
Genre littéraire : Contemporain
Année de parution : 2005
Éditeur : Babel
ISBN : 978-2742757909
Nombre de pages : 115 pages

Dans une lettre laissée à sa fille après sa mort, Yukiko, une survivante de la bombe atomique, évoque les épisodes de son enfance et de son adolescence auprès de ses parents, d'abord à Tokyo puis à Nagasaki. Elle reconstitue le puzzle d'une vie familiale marquée par les mensonges d'un père qui l'ont poussée à commettre un meurtre.
Obéissant à une mécanique implacable qui mêle vie et Histoire, ce court premier roman marie le lourd parfum des camélias (tsubaki) à celui du cyanure. Sans céder au cynisme et avec un soupçon de bouddhisme, il rappelle douloureusement que nul n'échappe à son destin.

Il y a des cruautés qu'on n'oublie jamais. Pour moi, ce n'est pas la guerre ni la bombe atomique.

Tsubaki est un court récit qui raconte beaucoup, mais en peu de mots, en peu de pages. L'auteure nous permet de bien saisir ce que la Seconde Guerre mondiale a eu pour effet sur le peuple japonais. La vision des événements nous est amenée sous un angle tout à fait différent de celui que l'on nous donne dans les médias et autres médiums de communication.

Également, Tsubaki est un récit sur la famille. Les secrets qui s'y cachent et que certains portent sur leurs épaules tout au long de leur vie. Aujourd'hui, la matriarche est décédée. Lors de la lecture du testament, sa fille Namiko reçoit une lettre manuscrite de celle-ci. Sa mère ne lui a jamais raconté son enfance, mais là, elle se livre à cœur ouvert.

Nous lisons donc cette lettre avec Namiko et nous découvrons ainsi l'enfance de cette femme. Les épreuves qu'elle a vécues et les secrets qui ont pesé sur sa conscience tout au long de sa vie. Et effectivement, la cruauté peut se cacher dans le quotidien des gens. Nous découvrons également que Yokiko avait un demi-frère. Qui est-il? Pourquoi sa mère n'a jamais parlé de celui-ci? Et comment faire pour le retrouver?

Aki Shimazaki nous dévoile son talent à travers ce petit bijou. Chaque mot est choisi avec soin et avec délicatesse. Il y a également une certaine poésie et cela m'a surprise étant donné que le français n'est pas sa langue maternelle. Enfin bref, ce premier tome est non seulement une belle découverte, mais également il porte à réflexion. À suivre...

Ma note : 4/5

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Maman a tort

Les femmes oubliées

Pour toi Abby, tome 1 : Le remords