samedi 20 mai 2017

Un palais de papier


Auteur : Françoise Hamel
Genre littéraire : Historique
Année de parution : 2017
Éditeur :  Fayard
ISBN : 978-2213686790
Nombre de pages : 352 pages

Lorsqu’Espérance de Kerzo quitte sa Bretagne natale pour la capitale, les caisses du Royaume de France sont désespérément vides et Louis XIV a accumulé une dette colossale. Déjà. Puis le Roi-Soleil s’éteint, mais l’ardoise reste.
Cependant tout Paris bruisse du nom d’un aventurier d’origine écossaise : John Law. Car cet homme a un plan, qui aura bientôt la faveur du Régent : remplacer la monnaie métallique par des billets de papier.
Fascinée, Espérance de Kerzo entre au service de celui dont on espère qu’il sauvera le pays de la faillite. Et c’est de l’intérieur, en observatrice privilégiée, qu’elle raconte les grandes innovations et les petites manigances de cette entreprise.
Pourtant cette jeune fille fougueuse et libre, lectrice avide aussi bien de Montaigne que du Code paysan des premiers Bonnets rouges, a toujours rêvé de liberté – et jamais de finance. Les sentiments que lui inspire le troublant John Law seraient-ils à l’origine de cette contradiction ?

Françoise Hamel a sans contredit une plume très singulière. Son bouquin est bien ancré dans son époque et elle a su ajouter un peu d'originalité sans tomber dans l'excentricité...

Le récit débute à la mort du Grand Roi Louis XIV. Son fils étant trop jeune pour gouverner la France, Philippe jouera le rôle de Régent. Nous sommes dans une époque où la monarchie est encore bien présente et inconsciente.

Kerzo est une jeune bretonne à la tenue garçonne, aux pensées philosophiques et humanistes, certains pourraient la croire naïve. Elle et son amie Toinon, qui se dit sa femme de chambre, décident de se rendre à Paris. En très peu temps, Kerzo se fait remarquer pour ses citations et se retrouvera au service du célèbre banquier John Law. Elle qui n'a aucune notion en finance! Comme tant de femmes à Paris, elle est aussi sous le charme de celui-ci.

Sir Law est ambitieux. Il dit vouloir le bien du peuple et de l'État et pour y arriver, il tente d'implanter son système. Pour cela, il devra atteindre le Régent, le convaincre qu'avec son système, il pourra effacer la dette de la France. Il faut instaurer le papier-monnaie et éliminer l'or et l'argent. Le Régent le nommera ministre des Finances et déclarera sa banque : Banque Royale. Les Français s'arrachent les actions du Mississippi. Tous veulent s'enrichir sur la compagnie des Indes, sur le commerce de la Louisiane, et ce, malgré la traite des esclaves; ce qui révolte notre Kerzo. 

Pour garder le système à flot, Law a besoin de Kerzo pour conserver la confiance du peuple français et ainsi éviter que ceux-ci prennent peur. Malheureusement pour lui, ce que le Régent donne, il peut le reprendre. Et Law fera faillite. Il emmènera quantité de gens avec lui, car après tout, ces actions n'étaient que spéculations!

Ce mirage financier se reproduira, car, paraît-il, les gens de la Politique et de la Finance refont toujours les mêmes erreurs. La mémoire leur fait défaut.

Plusieurs éléments sont très intéressants dans ce récit. En premier lieu, j'ai bien aimé le schème de pensée de Kerzo. Ses citations, des plus grands penseurs de l'époque, qui parfois dérangent... et qui pourtant ont défié les ans : En politique, le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal. Pour avoir beaucoup lu sur cette époque, je trouve les personnages bien ancrés et je dois dire que de voir passer au fil des pages des personnages tels que Voltaire, Montesquieu, etc. cela apporte un côté unique et original.

Par contre, au-delà du récit, je dois dire que personnellement j'ai eu beaucoup de difficulté à adhérer au style d'écriture de l'auteure. Il y a quelques semaines, j'avais entrepris la lecture de ce bouquin et j'ai abandonné justement en raison du fait que je n'arrivais pas à rester centrer sur le récit. Cette semaine, j'ai repris le bouquin et je crois simplement que c'est un style qui ne me rejoint pas personnellement. Par contre, je ne regrette pas ma lecture, car c'est une époque si intéressante!

Ma note : 2.5/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Fayard pour ce récit historique.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire