Sur la côte de Grand-Pré


Titre : Sur la côte de Grand-Pré
Auteur : Geneviève Graham
Genre littéraire : Historique
Année de parution : 2020
Éditeur : Guy Saint-Jean
ISBN : 978-2897588069
Nombre de pages : 372 pages

À l’été de 1755, Amélie Belliveau vit avec sa famille en Acadie entourée de la mer, des collines verdoyantes et de ses amis micmacs. Sereine.
Habitués à leur vie paisible de fermiers, les gens de la communauté croient qu’ils pourront conserver leur statut politique neutre malgré les rumeurs inquiétantes qui circulent. Mais lorsque les Acadiens refusent de prêter serment d’allégeance à la Grande-Bretagne dans sa guerre contre la France, l’armée britannique envahit brutalement Grand Pré, prend possession des terres et expulse les familles de leurs demeures. C’est ainsi qu’Amélie et les siens sont envoyés en exil vers différents ports à bord de vaisseaux délabrés, dans des conditions atroces.
Heureusement, la jeune femme peut compter sur un allié précieux : le caporal Connor MacDonnell, un officier écossais ayant jadis subi, à cause des Anglais, une épreuve horrible. Tandis que sa sympathie pour Amélie évolue en un amour d’exception et qu’il réalise avec horreur l’ampleur de la tragédie à laquelle il doit participer, il mettra tout en oeuvre pour porter secours à Amélie et son peuple, quitte à être accusé de trahison et risquer sa vie. Car sa vie et celle d’Amélie sont désormais liées par un amour plus fort que toutes les guerres…


 Je ne m’étais jamais préoccupée de savoir quel pays se croyait aux commandes, car nous, Acadiens, vivions indépendamment de tous. Je n'étais pas une Néo-Écossais, j’étais une Acadienne. La politique ne m’avait jamais affectée avant ce jour.
Les Acadiens vivent en harmonie avec les Micmacs, cette communauté autochtone qui est là depuis toujours. Grand-Pré est un petit village paisible à l’Est du Canada, près de la mer où les gens vivent de la pêche et de l’agriculture. Un endroit magnifique et dont les terres sont riches et surtout convoitées!

Les habitants de Grand-Pré ont toujours voulu rester neutres face au conflit qui opposait les Français et les Britanniques. Cette fois-ci, leur neutralité aura des conséquences. Effectivement, les Anglais ont envahi leur village et ont décidé de les emprisonner pour ensuite les exporter par bateau.

Pour Amélie et sa famille, c’est la catastrophe mais heureusement elle pourra compter sur l’un des officiers de l’armée britannique. Effectivement, Connor est lui-même un Écossais qui a perdu sa terre natale et n’a eu d’autre choix que de rejoindre cette armée. Mais il ne fait aucun doute que pour Connor, il fera tout ce qu’il peut pour protéger Amélie et sa famille!

Je m’étais toujours considérée comme partie prenante de cette terre, aussi enracinée que les saules plantés par mes ancêtres près de soixante-dix ans auparavant – mais eux, personne ne les avait déracinés.

Non mais quel roman passionnant mais à la fois si triste. Le destin des Acadiens est si tragique! J’avais entendu ici et là l’histoire de ce peuple mais avec le roman de Geneviève Graham, c’est comme si nous y étions et nous pouvons enfin saisir l’ampleur de ce qu’il est arrivé. Heureusement qu’il y a des auteures comme elle pour nous rappeler notre histoire!

L’auteure a su trouver les mots pour amener les faits de cette tragédie tout en y ajoutant une jolie fiction. Non seulement nous en apprenons sur l’invasion des Anglais mais également sur la vie des Acadiens et Micmacs de l’époque. Il n’y a pas de mots suffisamment puissants pour dire à quel point ce qui est arrivé est tout simplement horrible. Au-delà de cette invasion, nous ressentons également l’amour pour cette terre et ce petit coin de paradis.

La plume de l’auteure ainsi que le style narratif ont également ajouté un élément qui m’a permis de m’attacher très facilement aux personnages. Je ne pouvais rester insensible face à tout ce que vivait Amélie et sa famille. C’était à la fois réaliste et bouleversant. La force de caractère d’Amélie m’a séduite, de même que le désir de Connor de vouloir éviter qu’elle ne souffre comme lui a souffert... au point de mettre sa vie en péril.

L’intrigue est bien évidemment bouleversante mais c’est plus que cela. En décidant d’alterner les chapitres en Connor et Amélie, cela nous permet d’avoir deux visions des événements et par le fait même, de tenir le lecteur captivé. Si je m’étais écouté, j’aurais dévoré le roman d’une traite.

Et lorsque j’ai tourné la dernière page, j’étais si triste de devoir quitter les personnages. J’ai effectivement trouvé le roman trop court et j’aurais facilement pu lire encore et encore sur le sujet. D’ailleurs, c’est le seul élément qui m’a légèrement déçue de ce roman. J’aurais bien apprécié que l’auteure nous donne plus de détails à certains moments du récit.

Ce roman de Geneviève Graham est le premier qui soit publié en français et j’espère sincèrement que ce ne sera pas le dernier!

Ma note : 18/20

Je remercie chaleureusement la maison d’édition Guy Saint-Jean qui me fait découvrir de nouveaux auteurs talentueux!



Ce roman fut une lecture commune avec Readeuse, vous pouvez lire sa chronique en cliquant sur le lien suivant : Sur la côte de Grand-Pré

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Abrano, tome 1

L'Anse-à-Lajoie, tome 1 : Madeleine

Le sculpteur de vœux