dimanche 26 mars 2017

Ne pleure pas


Auteur : Mary Kubica
Genre littéraire : Thriller
Année de parution : 2017
Éditeur :  HarperCollins
ISBN : 979-1033900177
Nombre de pages : 342 pages

Chicago, en ville. Esther Vaughan disparaît du jour au lendemain. Inquiète, Quinn, sa colocataire, prend conscience qu'elle ne sait rien d'Esther : celle-ci a toujours refusé de parler de sa famille, et laisse derrière elle un fouillis qui ne lui ressemble pas - en particulier une lettre qui instille le doute dans l'esprit de Quinn "sainte Esther", comme elle la surnomme, n'est peut-être pas la personne qu'elle croit...

Ailleurs, dans un petit port sur la rive du lac Michigan. Alex Gallo voit entrer une inconnue dans le café tranquille où il travaille. Le genre de jeune femme dont la beauté et le charme font qu'elle ne passe pas inaperçue et ne laisse pas indifférent. Alex a dix-huit ans ; il se laisse envoûter en toute innocence.


Avec un tel résumé, mes attentes face à ce thriller étaient assez élevés mais également en raison de la notoriété de l'auteure.

L'intrigue se déroule à deux endroits et vu sous deux angles totalement différents. Il y a Quinn, une jeune femme qui, un an auparavant, a fait le grand saut en allant cohabiter à Chicago avec Esther. Une colocataire qui deviendra sa meilleure amie et qui lui donnera de l'assurance. Et Alex, un jeune homme d'à peine dix-huit ans, qui vit avec son père alcoolique et dont la mère a quitté le domicile alors qu'il était enfant. Le seul lien qui unit nos deux protagonistes, c'est une jeune femme aux cheveux ombrés.

Chicago : Alors que Quinn remarque l'absence de sa colocataire, celle-ci part à la recherche d'indices permettant de comprendre où elle a bien pu aller. Sa vie se voit complètement déstabilisée et demande l'aide d'un ami, Ben. En fouillant dans la chambre d'Esther et dans son passé, Quinn en viendra à soupçonner son amie d'avoir commis l'irréparable.

Esther n'est peut-être pas transparente, après tout. Peut-être qu'elle n'est pas une vitre claire et lisse, mais plutôt un kaléidoscope, un de ces jouets aux mosaïques complexes, dont le motif change, à peine le fait-on pivoter sur son axe.

Nous verrons Quinn passer de l'inquiétude à la paranoïa. Heureusement que Ben est là pour la soutenir.

Ailleurs : L'apparition de cette jeune femme aux cheveux ombrés ne laisse pas Alex indifférent. De plus, une étrangère à cette période de l'année, ne pouvait pas passer inaperçue. Encore moins, si celle-ci squatte la maison abandonnée et située tout en face de celle d'Alex. Celui-ci se sent seul et l'apparition de cette jeune femme, qu'il surnommera Pearl, l'intrigue énormément. N'ayant pas d'amis, il part en quête de découvrir qui elle est et essayera de lui venir en aide.

Malgré la disparition d'Esther qui se situe au tout début du thriller et les soupçons que cela amènent, je n'arrivais pas à embarquer. Personnellement, j'aurais préféré une fin plus détaillée et moins rapide pour remplacer les longueurs du début. Dommage car l'idée de base était excellente et la fin surprenante!

Ma note : 3/5


Je tiens à remercier la maison d'éditions HarperCollins pour ce thriller!


3 commentaires:

  1. Ce livre me tente pas mal, merci pour ta chronique bien complète !

    RépondreEffacer
  2. N'hésite pas à venir m'en jaser si tu le lis ;)

    RépondreEffacer
  3. Jolie chronique tres complète j'étais attiré par la couverture sublime mais jai peur d'être un peu déçu a voir

    RépondreEffacer