L'automne attendra


Titre : L'automne attendra
Auteur : Françoise Kerymer
Genre littéraire : Contemporain
Année de parution : 2018
Éditeur : JC Lattès
ISBN : 978-2714479501
Nombre de pages : 350 pages

La soixantaine épanouie, Louise a tout pour être heureuse. Mais sa rencontre avec Adrien, chef d’orchestre, lui permet de comprendre qu’elle n’attend plus grand-chose de la vie, dont elle s’échappe en écrivant des romans. Ce qui la lie encore à Germain, son mari depuis trente ans, s’en trouve bouleversé, même si une réelle affection persiste entre eux. Quant à Adrien, emporté par les tourbillons d’une brillante carrière, il est enfermé dans l’univers de la musique qui l’aide à oublier son incapacité à aimer.
Une rencontre, et plus rien ne sera comme avant...


Il y a ces livres qui nous font vibrer et qui nous font vivre une multitude d'émotions... et il y a ces livres qui parfois nous semblent froids et mélancoliques.

Début soixantaine, Louise vient de vendre sa librairie et de publier son premier roman. Elle est mariée depuis trente ans avec Germain, cet homme possessif, excessif et dépendant affectif. Tout allait bien dans leur couple jusqu'au jour où Germain doit quitter son poste de procureur en raison de son cœur. Pour Louise, la vie ne sera plus jamais la même. Elle se réfugie dans l'écriture.

Alors qu'elle fait une lecture de son roman lors d'une soirée donnée dans une librairie près de chez elle, Louise fait la connaissance d'Adrien. Il est maestro et la musique est tout pour lui. Mais ce soir-là, lorsque les yeux d'Adrien ont rencontré ceux de Louise, ils ont senti immédiatement qu'un lien les unissait. Dès cet instant, Germain a senti que le danger rôdait. Et pour Louise, c'est le début d'une belle amitié, mais seront-ils en mesure de faire taire leur cœur alors que les mots et la musique les unissent?

Le compositeur donne des indications, mais il ne peut pas tout exprimer, sur sa partition. C’est à l’interprète de prendre le relais, de choisir, de décider. Interpréter, c’est vivre. Non pas dans le passé, mais dans son époque, pour des vivants.

En lisant le synopsis, je m'attendais à un récit où l'écriture, la passion de la littérature et de la musique seraient la toile de fond entourant les personnages. Et c'est effectivement le cas. Par contre, malgré les jolies phrases, je n'ai pas senti de mélodie au sein du texte. Bien au contraire, je ressors avec une impression de tristesse, de nostalgie.

Ce n'est pas tant que la fin soit sombre, bien au contraire. C'est le texte, les formulations de phrases qui ne m'ont pas touchée. Un peu comme si l'auteure cherchait tellement la perfection qu'elle passait tout simplement à côté de sa cible soit celle de toucher le lecteur. La poésie est bien là, mais il manque cette chaleur qui réchauffe les cœurs. Même les échanges entre les protagonistes nous donnent l'impression qu'il y a une certaine distance entre les mots et les émotions véhiculées.

Par conséquent, je n'ai pas réussi à adhérer au récit et aux personnages. Louise a tendance à réciter de jolies phrases, mais sans jamais nous donner l'impression qu'elle vit réellement les émotions. Germain est tout simplement détestable et caractériel. Il est si dépendant de Louise et joue carrément à l'enfant. Et que dire d'Adrien? Il est introverti et à la limite semble avoir peur de ses émotions. Pendant près de quatre ans, ce triangle amoureux aura bien des hauts et des bas. Un jour, Louise avance dans une direction pour revenir sur ses pas. Que d'hésitations... trop à mon humble avis!

Pour ma part, l'auteure n'a pas su créer de proximité entre ses personnages, son intrigue et le lecteur. C'est bien dommage... le paysage, la musique, l'amour de la littérature tant de sujets qui me passionnent et qui auraient pu me charmer!

Ma note : 3/5

Je tiens à remercier la maison d'édition JC Lattès pour ce roman!



Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Maman a tort

Les femmes oubliées

Le livre sans nom