Le club des veuves qui aimaient la littérature érotique


Titre : Le club des veuves qui aimaient la littérature érotique
Auteur : Balli Kaur Jaswal
Genre littéraire : Littérature Contemporaine
Année de parution : 2018
Éditeur  : Belfond
ISBN : 978-2714475756
Nombre de pages : 352 pages

Londres, de nos jours
Âgée d’une vingtaine d’années, Nikki vient d’abandonner ses études et travaille dans un pub en attendant de trouver sa voie. Une émancipation peu courante pour une jeune femme sikhe. Jusqu’au jour où, partie déposer une annonce au temple de Southall pour sa sœur en quête d’un mariage arrangé, Nikki tombe sur une étonnante offre d’emploi : on cherche une enseignante pour donner un cours de creative writing à un petit groupe de femmes sikhes. Elle aime lire, elle aime écrire, elle saute sur l’occasion.
Mais alors qu’elle pensait animer un atelier d’écriture à des apprentis auteurs, elle se retrouve face à une poignée de femmes majoritairement analphabètes, délicieusement déchaînées, bien décidées à parler d’érotisme et à partager leurs expériences amoureuses et familiales, souvent comiques, parfois bouleversantes, mais toujours pleines d’humanité…

Cours uniquement ouvert aux femmes. Nous recherchons une animatrice. Emploi rémunéré, deux jours par semaine. Merci de contacter Kulwinder Kaur à l'Association communautaire sikhe.

Pour Nikki, cet emploi représente bien plus qu'une fonction de simple animatrice. Elle y voit là le moyen de faire connaître la communauté sikhe. Elle veut d'autant plus cet emploi, car elle ne sait pas combien de temps le pub où elle travaille restera encore ouvert. Également, elle est à la recherche de ce qu'elle veut faire de sa vie maintenant qu'elle a arrêté ses études de droit et elle sent que ces ateliers pourraient bien l'aider à trouver sa voie.

Dès le premier cours, Nikki se rend compte que les quelques veuves qui se sont inscrites au cours ne savent même pas écrire. Elle est complètement découragée. Elle qui croyait pouvoir créer un recueil de textes afin de faire connaître la communauté, elle se rend compte que cela risque de s'avérer difficile, sinon impossible.

Au fil des séances, les veuves apprennent à lui faire confiance et lui font comprendre qu'en fait elles ont plutôt le goût de parler d'érotisme et partagent ainsi leurs fantasmes. L'une des participantes, Sheena, se retrouve à écrire ces textes dictés par ces veuves. Mais ces textes finissent par être partagés entre les femmes de la communauté, qu'adviendra-t-il si Kulwinder apprend leur existence? Et surtout que feront les Frères qui se croient en charge de la communauté des mœurs s'ils tombent sur ces textes érotiques?

Mais au-delà des ateliers de partage, Nikki apprend à connaître la communauté sous un nouvel angle. Elle, la jeune pendjabie moderne, découvre un peu mieux sa propre culture avec ses côtés lumineux et sombres. Jusqu'à quel point l'honneur peut-il jouer un rôle prédominant dans cette communauté sikhe? Au point d'intimider et faire vivre les femmes dans la peur?

Balli Kaur Jaswal nous fait découvrir la communauté sikhe de Londres avec ses zones d'ombres et de lumières. Certains aspects de cette communauté ont passablement irrité la femme occidentale que je suis tandis qu'à certains moments, j'étais sous le charme face à ces veuves à l'imagination fertile, mais surtout face à cette belle amitié qui les unit.

L'auteure aborde des sujets délicats qui nous font réfléchir. Les crimes d'honneur qui parsèment notre société et qui ont malheureusement lieu sans que l'on puisse vraiment s'en rendre compte. Mais également cette intimidation que certaines femmes vivent au quotidien afin de « rester dans les rangs » pour de ne pas jeter la honte sur leur famille et leurs proches.

Nous sentons au fil des pages que les femmes et les veuves de cette communauté ont un besoin d'émancipation, mais qu'en même temps, elles sont encore bien ancrées dans ces traditions qui ont toujours prises dans leur quotidien. Cela prendra encore combien d'années avant que l'égalité entre hommes et femmes puisse voir le jour au sein de toutes les communautés?

Personnellement, j'ai eu un peu de difficultés à adhérer au personnage de Nikki, notre protagoniste. Il me manquait un petit quelque chose qui aurait pu me charmer et me la rendre plus attachante. Quant à l'intrigue, elle est un peu longue à démarrer. Par contre, lorsqu'on arrive à mi-chemin du récit, nous entrons dans le vif du sujet et l'auteure réussit à nous captiver.

En résumé, je dirais que le sujet de ce récit est touchant et parfois même révoltant. Balli Kaur Jaswal nous fait découvrir une belle communauté sous divers angles, mais pour moi, il me manquait un petit quelque chose pour vraiment me charmer d'un bout à l'autre.

Ma note : 3.5/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Belfond pour m'avoir fait découvrir ce roman!



Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Maman a tort

Les femmes oubliées

Le livre sans nom