Toutes blessent, la dernière tue


Titre : Toutes blessent, la dernière tue
Auteur : Karine Giebel
Genre littéraire : Thriller
Année de parution : 2018
Éditeur : Belfond
ISBN : 978-2714479501
Nombre de pages : 744 pages

Maman disait de moi que j'étais un ange.
Un ange tombé du ciel.
Mais les anges qui tombent ne se relèvent jamais...
Je connais l’enfer dans ses moindres recoins.
Je pourrais le dessiner les yeux fermés.
Je pourrais en parler pendant des heures.
Si seulement j’avais quelqu’un à qui parler…
Tama est une esclave. Elle n’a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer. Une rencontre va peut-être changer son destin…
Frapper, toujours plus fort.
Les détruire, les uns après les autres.
Les tuer tous, jusqu’au dernier.
Gabriel est un homme qui vit à l’écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures.
Un homme dangereux.
Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui. Une jeune femme blessée et amnésique.
Qui est-elle? D’où vient-elle?
Rappelle-toi qui tu es. Rappelle-toi, vite!
Parce que bientôt, tu seras morte.

Il y a de ces livres que l'on découvre et qu'une fois la dernière page tournée, nous savons qu'il sera difficile d'oublier certains passages...

Tama habite au Maroc avec sa famille. Ils sont pauvres et son père a de la difficulté à payer les factures. Medja vient d'arriver de France avec l'intention de repartir avec une jeune Marocaine. Son dévolu tombe sur la jolie et docile Tama. Elle propose de prendre soin d'elle et promet qu'en France, elle pourra aller à l'école. Est-ce que le père de Tama réalise vraiment ce que lui offre Medja? Peu importe, il laisse sa fille partir en échange d'argent et une enfant de moins à nourrir. Il vient tout simplement de vendre sa fille!

Dès son arrivée en France, Medja décide de vendre Tama à une famille qui a justement besoin d'une nounou. Mais voilà que les tâches vont bien au-delà de simplement jouer avec les enfants de ce couple. Tama, qui n'a que huit ans, doit maintenant faire le ménage, la lessive, les repas, bref la liste est longue. En échange, elle a le droit de dormir sur le sol de la buanderie et de manger les restes. C'est sans compter les mauvais traitements qu'elle reçoit au gré et volonté de ses bourreaux!

En parallèle, nous suivons Gabriel, un homme amer et solitaire qui vient de trouver une jeune femme. Elle a eu un accident d'auto près de chez lui. En sortant du véhicule, cette dernière a braqué une arme sur lui avant de perdre conscience. Elle est gravement blessée et Gabriel se dit que si elle survit à la prochaine nuit, il se pourrait bien que ce soit lui qui décide de mettre fin à ses jours. Après tout, qui est-elle pour venir chez lui et le menacer? Et puis, il n'en serait pas à son premier meurtre!

Quel est le lien entre Gabriel et Tama? Est-ce Tama qui a réussi à s'évader de son enfer et qui ne sait plus à qui faire confiance?

Apprends-moi ce qu'est la mort.
Dis-moi qu'elle est douce, qu'elle est juste.
Raconte-moi qu'elle est comme une mère qui te prend dans ses bras et te console de la vie.
Jure-moi qu'entre ses mains, il n'y a ni maître ni esclave.
Promets-moi qu'en son royaume, on oublie ses blessures et ses chaînes.
Mais jamais son amour.

J'ai découvert la plume de Karine Giebel avec son recueil D'ombre et de silence. Certaines nouvelles m'avaient perturbée par leur profondeur, mais également par le côté sombre que l'on retrouve dans la majorité d'entre elles. Chaque fois, l'auteure réussit à nous atteindre là où l'on s'y attend le moins. On ne ressort pas totalement indemne à la fin de notre lecture.

Voilà pourquoi j'ai hésité à lire ce bouquin, car j'avais le sentiment que non seulement le sujet allait me bouleverser, et ce fut effectivement le cas, mais je savais également que cette auteure avait le talent pour venir me toucher. J'ai ressenti une multitude d'émotions lors de la lecture de ce récit dont la colère face aux sévices que subit notre protagoniste, mais également de la tristesse et de l'incompréhension envers l'être humain.

En fait, le récit m'a complètement jetée sur le derrière. J'en ressors grandement perturbée. Il y a tant de noirceur au cours de cette intrigue, mais également au cœur des personnages que nous rencontrons. J'ai eu de la difficulté à lire certaines scènes et pourtant, je ne pouvais pas quitter le récit. J'étais, en quelque sorte, hypnotisée et envoûtée par ce que vivait Tama. J'espérais tellement qu'elle finirait par s'en sortir!

D'ailleurs, je me suis grandement attachée à cette jeune fille. Elle a une détermination et une résilience à toute épreuve. Malgré tout ce qu'elle a vécu, il n'en reste pas moins qu'elle continue de rêver et de vouloir vivre. Karine Giebel a su créer une protagoniste unique et à la fois si réelle.

C'est la première fois que je lis un récit sur l'esclavage moderne et comme je vous le précisais précédemment, j'en suis encore perturbée. Je n'arrive pas à croire qu'il y ait des gens aussi machiavéliques et malveillants. Ça me dépasse totalement! Je sais que le but était de nous faire connaître cet aspect de notre société et de nous ouvrir les yeux, mais je ne suis pas certaine qu'il était nécessaire d'y aller aussi en profondeur. D'un autre côté, si l'auteure n'avait pas osé aborder le sujet tel qu'il est réellement, est-ce que j'aurais adhéré autant au récit? Les mots me manquent pour vous dire à quel point ce livre m'a marquée et je vous assure qu'il restera longtemps gravé dans ma mémoire!

Ma note : 5/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Belfond pour m'avoir permis de lire ce thriller!



Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Du côté des Laurentides, tome 1 : L'école de rang

Ne t'enfuis plus

Le temps est assassin