Du côté des Laurentides, tome 1 : L'école de rang


Titre : L'école de rang
Auteur : Louise Tremblay D'Essiambre
Série : Du côté des Laurentides, tome 1
Genre littéraire : Historique
Année de parution : 2019
Éditeur : Guy Saint-Jean
ISBN : 978-2897588281
Nombre de pages : 397 pages

À l’automne 1931, la jeune Agnès Lafrance réalise son rêve: elle sera institutrice. Cependant, à son arrivée dans le village des Laurentides où on l’a assignée, elle déchante. Rien ne se passe comme elle l’avait imaginé… S’installant tant bien que mal dans son nouvel environnement, elle se console en songeant à l’immense bonheur de contribuer à l’éducation – et à la vie – de tous ces enfants qu’elle aime déjà.
Les liens créés avec Honorine Théberge, son époux Romuald et leurs enfants agiront comme un baume au milieu de la tourmente. Auprès d’eux, la jeune institutrice retrouvera un peu de la chaleur humaine et familiale qui lui manque cruellement. Mais à l’ombre des magnifiques Laurentides, Agnès vivra, au cours de cette première année d’enseignement, déceptions, suspense et tragédie… La joie, la solidarité et l’amour seront-ils suffisants pour lui donner la force de poursuivre son rêve?

Mais qu’est-ce qu’elle s’était imaginé en venant s’installer ici, au fond des campagnes? Qu’elle vivrait quelques mois de félicité et de liberté absolues avant de se marier? Allons donc! La vie n’était pas un roman ni un jeu où elle aurait un rôle en or, inventé juste pour elle.

Agnès vient tout juste d’arriver à la petite école, où elle passera la prochaine année, et c’est la consternation! Elle est complètement découragée. Il n’y a pas d’électricité et d’eau courante. De plus, l’accueil de sa supérieure était glacial et cette dernière semble déjà la juger. Heureusement qu’il y a les gens du village qui furent chaleureux et accueillants. N’empêche qu’elle se demande comment elle fera pour s’adapter.

Mais Agnès est une femme d’action et elle n’a pas l’habitude de s’apitoyer longtemps sur son sort. Il faut dire que la rencontre de la famille Théberge et du petit Jean-Baptiste l’aide grandement à retrouver le sourire. Au fil des semaines, elle se surprend à s’attacher à ses élèves et à vouloir les aider au mieux de ses connaissances. Il y aura de nombreux défis à relever au sein de sa petite école rouge. Saura-t-elle y faire face?

Rien n’est compliqué en soi. Ce sont nos choix et nos désirs qui rendent les choses plus complexes.

Lorsque j’ai terminé la saga Histoires de femmes, j’étais triste de quitter les personnages mais j’étais également curieuse de lire la prochaine saga de cette auteure. Mais en lisant le synopsis de ce premier tome, l’auteure a su encore une fois me surprendre! Eh oui, l’auteure nous revient avec les personnages que j’aime tant!

Ce fut également un réel plaisir de retrouver la plume de cette auteure. Elle est si fluide et dynamique que l’on se plonge facilement au sein de cette époque. Plus rien n’a d’importance autour et les pages défilent à vive allure. La fin arrive bien trop rapidement.

Cette fois-ci, l’auteure a choisi de mettre en scène notre belle Agnès au cœur tendre. Tout au long de ma lecture, j’étais captivée mais je ressentais un certain malaise. La peur était au rendez-vous. Cette crainte n’était pas sans raison. L’auteure aborde un sujet assez délicat. Et elle le fait avec respect et sans jugement, ce qui n’est pas donné à tous les auteurs de pouvoir le faire avec autant de doigté. Malgré tout c’est tragique et cela ne peut me laisser insensible!

Mais au-delà de cet élément tragique, il y a également beaucoup de joie qui parsème le roman et l’on doit cela essentiellement au petit Jean-Baptiste. Quel gamin incroyable! Il m’a fait sourire plus d’une fois et ses répliques permettent d’alléger l’ambiance qui entoure nos protagonistes. Il est tout simplement adorable et je me suis attachée à lui.

J’ai également apprécié le personnage d’Honorine, la mère de Jean-Baptiste. Une femme douce, compréhensive et qui a un grand cœur. L’amitié qui se développe entre elle et Agnès est attendrissante.

Et puis, c’est toujours un plaisir de retrouver les personnages des sagas précédentes dont Marion, Fulbert et la famille Lafrance. Bref, je dois avouer que j’ai bien hâte de lire la suite pour voir l’évolution des personnages dont celui de Juliana, la sœur de Jean-Baptiste!

Ma note : 18/20

Je tiens à remercier chaleureusement la maison d’édition Guy Saint-Jean qui me permet de lire les romans de cette auteure!



Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Ne t'enfuis plus

Le temps est assassin