Gizelle et moi


Titre : Gizelle et moi
Auteur : Lauren Fern Watt
Genre littéraire : Littérature Contemporaine
Année de parution : 2018
Éditeur  : Belfond
ISBN : 978-2714474148
Nombre de pages : 240 pages

Dès le premier regard, entre Lauren, petit bout de femme d'une vingtaine d'années, et Gizelle, énorme mastiff de 70 kilos, c'est le coup de foudre. Inséparables, elles vont traverser les petits boulots sous-payés, les galères d'apparts trop petits, les coups de blues passagers, mais aussi les joies de Central Park et les premiers émois des relations amoureuses... Et puis la nouvelle tombe. Gizelle est atteinte d'un cancer incurable. Mais pas question de se laisser abattre : soirée Netflix, dégustation de hot-dogs au homard, recherche effrénée de la meilleure des crèmes glacées, road trip de folie... Les deux amies se concoctent une bucket list d'enfer! En offrant à Gizelle ses derniers petits bonheurs, Lauren va se fabriquer des souvenirs inoubliables et retrouver le chemin de la confiance et de la sérénité.


Un jour je devrais la laisser partir, mais pas tout de suite. Nous avions encore bien des aventures à vivre ensemble, toutes les deux.

Déjà en lisant le synopsis et le prologue, je savais que ce récit allait me faire verser quelques larmes. Personnellement, j'ai un petit Shorky de six kilos qui a maintenant trois ans. Nous connaissons bien les mastiffs puisqu'un membre de ma famille a perdu sa douce au cours de la dernière année. Malgré tous ses kilos, elle aimait courir avec mon petit puppy, elle était douce et délicate avec lui. Donc en lisant ce récit, il m'en a fallu peu pour que je tombe sous le charme de Gizelle et que je m'attache à elle et à sa relation avec sa maîtresse!

Gizelle est grande, douce et vraiment adorable. Malgré que l'on sache à l'avance que ce beau mastiff finira avec un cancer et en mourra, il n'en reste pas moins que nous avons bien envie d'en savoir un peu plus sur sa maîtresse et la relation qu'elles ont eue ensemble. L'auteure nous raconte donc la vie de sa belle Gizelle à partir du moment où elle voit l'annonce dans le journal et jusqu'à la toute fin où elle s'éteindra.

Au fil de ces six années, nous apprenons à connaître Gizelle mais également Lauren. Pas seulement en tant que maîtresse, mais également en tant que femme et enfant. Nous voyons évoluer cette jeune femme grâce à la sagesse et l'amour inconditionnel qu'elle reçoit de Gizelle. Cet amour lui fait un bien énorme, car c'est ainsi qu'elle finira par accepter la dépendance de sa mère, qu'elle apprendra qui elle est au fond d'elle-même et ce qu'elle attend de la vie.

Je crois que ma tête était un peu comme Times Square : bruyante, encombrée, trop de messages s'y affichaient en même temps.

C'est absolument touchant de lire cette fameuse liste de choses que Lauren croit que sa Gizelle voudrait faire avant de mourir. En fait, cette liste faite du bien non seulement à Gizelle mais on peut facilement se dire qu'elle en fait autant, sinon plus à Lauren. Certains passages m'ont réellement fait sourire dont celui où Gizelle dévore son steak ou bien celui où elle embarque dans le bain avec Lauren. J'imagine assez bien la situation!

Ce récit m'a énormément touchée et je peux vous garantir que j'ai lu les derniers chapitres avec mon puppy à mes côtés. Je pleurais à chaudes larmes. Mon pauvre puppy me regardait et ne comprenait absolument pas ma tristesse. Ce récit est empreint d'amour et de réalisme. L'auteure nous démontre à quel point nos animaux sont sensibles à nos émotions. Ils nous aiment tels que nous sommes. Cela serait si simple si entre humains nous pouvions faire de même!

Ma note : 4.5/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Belfond pour ce remarquable récit!

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Les femmes oubliées

Le livre sans nom

La nuit du renard