Les femmes oubliées


Titre : Les femmes oubliées
Auteur : Martha Hall Kelly
Genre littéraire : Historique
Année de parution : 2018
Éditeur  : Guy Saint-Jean
ISBN : 978-2897585105
Nombre de pages : 590 pages

À New York, Caroline Ferriday travaille au consulat français. Mais lorsque les armées hitlériennes envahissent la Pologne en septembre 1939, c'est tout son quotidien qui va être bouleversé. De l'autre côté de l'océan, Kasia Kuzmerick, une adolescente polonaise, laisse de côté son enfance pour travailler dans la résistance et faire passer des messages. Mais la moindre erreur peut être fatale. Pour l'ambitieuse Herta Oberheuser, médecin allemand, la proposition que lui fait le gouvernement SS va lui permettre d'enfin montrer toutes ses capacités. Mais une fois embauchée, elle va se retrouver sous la domination des hommes...
La vie de ses trois femmes va se retrouver liée à jamais lorsque Kasia est envoyée à Ravensbrück, le tristement célèbre camp de concentration pour femmes. À travers les continents, de New York à Paris, de l'Allemagne à la Pologne, Caroline et Kasia vont tout tenter pour que l'Histoire n'oublie jamais les atrocités commises.

C'est avec beaucoup d'émotions que je vous présente aujourd'hui ma dernière lecture... un roman vibrant de vérités, d'atrocités et qui ne peut faire autrement que de bouleverser celui ou celle qui osera tourner les pages! Au cours de ce récit, nous suivons le parcours de trois femmes lors de la Seconde Guerre mondiale.

En premier lieu, permettez-moi de vous présenter Caroline Ferriday. Lorsque la guerre éclate, cette femme faisait déjà du bénévolat au consulat de France aux États-Unis. Elle aidait les orphelins en France, mais avec la guerre, les besoins n'ont cessé d'augmenter. Avec sa mère, elle réussit à envoyer des vêtements et du lait aux orphelinats. Rien ne l'arrête afin de pouvoir récolter quelques sous pour aider ces enfants! Sa détermination et son altruisme m'ont grandement touchée. Elle aurait pu profiter de la vie et de son statut au sein de l'élite, au contraire elle a fait un vrai don de soi. Même après la guerre, son nouveau cheval de bataille était pour aider ces femmes qui ont vécu l'enfer au camp de Ravensbrück. Elle a toute mon admiration!

Du côté de la Pologne, nous apprenons à connaître Kasia, une toute jeune femme qui se fait arrêter par les Allemands. Manque de chance, sa mère et sa sœur seront arrêtées en même temps qu'elle. La culpabilité lui pèse sur le cœur et la colère gronde en elle. Ces trois femmes seront envoyées au camp de Ravensbrück. L'enfer ne fait que commencer non seulement pour Kasia, mais également pour toutes les femmes du camp. Kasia et sa sœur Zuzanna seront choisies en tant que cobayes pour des expériences supposément scientifiques. Suite à ce qu'elles ont vécu, je dois dire que la colère a également grondé en moi. Et malgré tout cela, Zuzanna a continué à aider ses compagnes selon ses capacités tandis que Kasia a laissé place à sa douleur face au décès de sa mère. Nous sentons toute sa détresse et sa souffrance par le biais des mots de l'auteure.

Et puis, nous avons Herta, une Allemande qui vient tout juste de terminer sa médecine lorsque la guerre est déclenchée par son pays. Elle qui ne demande qu'à pratiquer ce pour quoi elle a étudié, elle accepte donc l'opportunité qui s'offre à elle soit celle de pratiquer la médecine dans un camp de rééducation pour femmes. Mais ses rêves tombent immédiatement dès sa première journée au camp. Elle aurait pu refuser de se laisser endoctriner et quitter le camp au péril d'y laisser sa vie, mais non, elle a préféré travailler côte à côte avec le Dr Gebhardt. Au début du récit, j'ai eu une certaine empathie pour elle, car je sentais qu'elle ne voulait pas participer à tout cela, mais rapidement nous sentons que non seulement elle finit par adhérer, mais qu'en plus, elle semble croire que c'était pour le bien des soldats allemands si elle faisait toutes ces tortures à ces pauvres femmes!

Emprisonnées au camp de concentration de Ravensbrück, le seul grand camp d'Hitler réservé aux femmes. Elles ont été utilisées pour des expérimentations médicales. Les médecins ont été jugés à Nuremberg mais le monde a oublié leurs victimes et celles qui ont survécu n'ont reçu aucune aide ni soutien.

J'ai lu plusieurs romans et témoignages sur la Seconde Guerre mondiale, mais celui-ci a réussi à me bouleverser profondément. Bien souvent les gens témoignent de la vie dans les camps et de toutes victimes qui ont malheureusement succombé aux chambres à gaz, mais très peu ont osé parler des expériences supposément scientifiques que les Allemands ont faites sur eux. Ce récit sur les « lapins de Ravensbrück » me coupe littéralement le souffle. C'est tout simplement machiavélique.

L'auteure réussit à nous dévoiler tout cela, mais sans pour autant nous faire sentir de lourdeur dans le texte. Elle alterne les chapitres entre ces trois femmes et cela nous permet d'avoir une vision vraiment globale de la situation, et ce, des deux côtés de l'océan. Et malgré toutes ces horreurs, l'auteure ajoute un brin de romance dans la vie de Caroline ainsi que dans la vie de Kasia et Zuzanna, car malgré la guerre, il est toujours possible au cœur d'aimer!

Pour moi, ce roman est également un témoignage envers ces femmes de l'ombre, ces femmes qui ont aidé, subit et réussi à surmonter les épreuves. Ce sont ces femmes qui ont fait parties de cette guerre, mais que l'on semble justement avoir oubliées. Je suis admirative devant leur courage, leur détermination et leur soif de vivre.

Ce roman restera gravé dans ma mémoire pour de longues années. Martha Hall Kelly a su me toucher et me bouleverser. Je ne peux faire autrement que de vous recommander cet ouvrage.

Ma note : 5/5

Je tiens à remercier chaleureusement la maison d'édition Guy Saint-Jean pour m'avoir fait découvrir ce récit émouvant! 

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Le livre sans nom

Maman a tort

Ash Princess, tome 1